Bretagne d’Avenir doublera le budget global de la Région alloué aux langues de Bretagne

un budget de 15 millions sera consacré au breton contre 7 actuellement
un budget de 2 millions pour le gallo soit quatre fois plus que le budget actuel

 

La liste Bretagne d’Avenir annonce son programme pour les langues de Bretagne, au moment où la décision du Conseil Constitutionnel, entérinée par le Président de la République, constitue une grave menace pour ces langues. La remise en cause du principe immersif est une atteinte directe à Diwan dont l’existence remonte à 1977. Loin de nous décourager, cette décision injuste et les manœuvres politiques qui l’ont rendue possible nous renforcent dans notre conviction de la justesse du combat que nous menons pour la place de nos langues de Bretagne. Ce combat, nous le mènerons de toutes nos forces au sein du Conseil régional de Bretagne. Nous le mènerons également dans le débat public qui s’engage pour que la constitution soit modifiée et plus particulièrement l’article 2 qui, sous couvert de lutter contre la domination de l’anglais, n’a servi en réalité qu’à réprimer les langues dites régionales. La constitution française doit  devenir un appui dans cette lutte pour la pérennité de nos langues et non plus un instrument aux mains de celles et ceux qui travaillent avec constance à la rendre impossible et sabotent les efforts déployés depuis des années par la société bretonne pour que l’école soit un lieu de transmission .

La liste Bretagne d’Avenir, qui compte 25% de candidats brittophones, fera de la préservation de l’ensemble de la diversité linguistique en Bretagne (breton et gallo) une priorité absolue de la prochaine mandature. En tant que Fédéralistes, notre liste et ses soutiens considèrent qu’une démocratie authentique ne peut se concevoir que dans une logique ascendante du pouvoir. Les décisions politiques doivent se prendre au plus près des communautés humaines, de leurs besoins et de leurs attentes.

Pour Claire Desmares-Poirrier, candidate à la présidence de la Région Bretagne: “L’avenir des langues de Bretagne ne doit plus se décider à Paris, mais bien en Bretagne, c’est pourquoi la liste œuvrera pour l’obtention d’un pouvoir législatif régional pour défendre la diversité linguistique”.

La liste Bretagne d’Avenir se fixe les objectifs prioritaires suivants (le programme complet sera publié sur notre site internet) :

  1. Pour la langue bretonne:
  • Doubler le budget du breton pour le porter à 15 millions d’euros, de manière à mieux financer et soutenir les associations, l’enseignement, la formation pour adultes, la production littéraire et artistique, les médias et le fonctionnement de l’Office Public pour la langue bretonne.
  • Elaborer et commencer à mettre en oeuvre un statut de co-officialité en Bretagne.
  • Tout mettre en oeuvre pour protéger Diwan et permettre l’usage du breton en immersion dans les filières bilingues publiques. Travailler à une proposition de statut public régional.
  • Mettre au point avec l’académie de Rennes un plan massif de formation en breton des enseignants volontaires. Développer le bilinguisme dans la formation professionnelle (formations pro en français et en breton).
  • Amplifier le soutien aux médias (associatifs et service public) et à la création artistique et littéraire en langue bretonne, favoriser la diversité des contenus et les traductions
  • Mettre en place un système de traductions simultanées pour permettre l’usage du breton lors des sessions du Conseil régional.

 

2. Pour le gallo

  • Faire évoluer le budget du gallo à mesure de la réalisation du programme, avec un doublement rapide et un quadruplement en cours de mandat par rapport au budget actuel.
  • Créer une politique linguistique originale, indépendante dans ses principes et dans son fonctionnement de la politique pour le breton, en lien avec les acteurs associatifs engagés pour la langue gallèse
  • Se donner l’objectif de 90% de la population bretonne au moins connaissant l’existence du gallo en fin de mandat (au lieu de 60% en 2018). Pour l’atteindre,  amplifier notamment les efforts sur la communication institutionnelle afin d’améliorer la visibilité du gallo dans l’espace public.
  • Soutenir l’enseignement à l’école: participer au financement avec les communes et les départements, en s’inspirant de l’action du Conseil départemental du Finistère pour le breton.
  • Demander la création d’un module “langues et cultures de Bretagne” pour tous les collégiens, incluant des éléments sur le gallo dans son programme.
  • Co-financer des plages horaires en gallo sur les médias publics, dont France 3. Augmenter le soutien aux médias associatifs qui utilisent et mettent en valeur le gallo. Soutenir la création artistique et littéraire en gallo.

Laisser un commentaire