Ligne TER Rennes-Châteaubriant : une réouverture très insuffisante

Pour la liste Bretagne d’Avenir, la desserte sur la ligne Châteaubriant-Rennes n’est pas à la hauteur des besoins. La liste écologiste et fédéraliste entend utiliser le transport ferroviaire à la fois comme outil d’équilibre territorial et comme alternative crédible à la voiture individuelle, ce qui suppose des travaux sur les infrastructures et un service de qualité.

La ligne Châteaubriant-Rennes avait failli fermer définitivement. C’est bien la mobilisation des usagers et des élus locaux, en particulier de l’Association Citoyenne Châteaubriant Rennes En Train (ACCRET), qui a permis de gagner sa remise en état.

Hélas, le service proposé aujourd’hui par la Région Bretagne n’est pas à la hauteur des besoins, avec seulement 3 trains quotidiens pour l’ensemble de la ligne, la majeure partie des trajets (4 sur 7) n’étant proposés qu’entre Rennes et Retiers. Autant dire qu’on rate une occasion de renforcer les liens avec la Loire-Atlantique et d’apporter un service de transport performant aux territoires éloignés des métropoles !

Ce manque d’ambition pour le ferroviaire n’est hélas pas limité à la desserte de Châteaubriant : le vice-président chargé des transports ne jure ainsi que par la route pour desservir le Centre-Bretagne et aucune perspective n’est donnée pour la réouverture de lignes utiles, mais fermées pour manque d’entretien, comme Auray-Saint-Brieuc.

La liste Bretagne d’Avenir entend au contraire investir des sommes équivalentes à celles consacrées par le passé à la LGV pour rouvrir et améliorer les liaisons internes à la Bretagne et utiles au quotidien des Bretons, y compris, bien sûr, avec la Loire-Atlantique.

Laisser un commentaire