Une PAC régionalisée pour des paysans bretons plus nombreux, heureux et fiers

À l’occasion de la mobilisation des agriculteurs qui a lieu à Rennes, ce mardi 13 avril 2021, la Liste Bretagne d’Avenir soutient toutes les paysannes et tous les paysans bretons inquiets pour leur avenir et qui se mobilisent pour une réforme plus juste de la Politque Agricole Commune (PAC).

Le projet actuel de PAC contribue à la disparition du nombre de fermes, à la disparition des emplois paysans. Cette situation est insoutenable. C’est pourquoi nous souhaitons une PAC qui permette des paysannes et paysans nombreux en Bretagne, bien rémunérés, en bonne santé, heureux et fiers de leur métier.

Le Conseil régional de Bretagne a un rôle essentiel comme acteur impliqué dans la gestion des aides de la PAC et dans l’impulsion d’une vision d’avenir pour l’agriculture bretonne.

La liste Bretagne d’Avenir défend notamment plusieurs orientations :

Régionalisation des aides de la PAC

Aujourd’hui, l’État gère les aides du premier pilier de la PAC. Les régions gèrent celles du second pilier. Il est prévu que les régions perdent leur autorité de gestion sur les aides du second pilier. Nous défendons le maintien des régions en tant qu’autorités de gestion sur le second pilier et soutenons la demande du Conseil régional de Bretagne afin que les régions puissent également devenir autorité de gestion sur les aides du premier pilier. Les régions doivent pouvoir gérer de manière cohérente l’ensemble des aides de la future PAC (2023-2027).

Aides à l’actif plutôt qu’aides à l’hectare

Les aides doivent favoriser la rémunération du travail paysan (emplois actifs), plutôt que la rémunération de la propriété de foncier (hectares). Nous demandons de cibler prioritairement les aides PAC sur les premiers hectares et les premiers animaux. Les aides à l’hectare doivent être plafonnées pour limiter la course à l’agrandissement et la destruction du nombre de fermes. Nous souhaitons que soit instaurée une aide forfaitaire aux petites fermes.

Priorité des aides à l’installation des jeunes paysans

La moitié des fermes bretonnes vont être transmises dans les 10 ans à venir.

Les aides publiques doivent aller en priorité pour favoriser l’accès au foncier, l’installation et la reprise des fermes par des jeunes agriculteurs, ainsi que par des personnes disposant d’un BPREA et d’un projet innovant.

Accompagnement de la montée en gamme de la production agricole bretonne

La Bretagne est une grande région agricole. Mais nous sommes la région française avec la plus faible proportion de signes officiels de qualité (AOP…). Il est temps que la situation évolue. Les aides doivent accompagner la transition vers l’agro-écologie et favoriser la montée en gamme des produits de l’agriculture bretonne, avec des prix rémunérateurs pour les producteurs.

Également

  • Soutien à la filière polyculture-élevage, modèle le plus vertueux sur le plan économique, social et environnemental
  • Soutien aux filières de commercialisation de proximité
  • Redéploiement sur l’ensemble du territoire breton des outils de transformation des productions agricoles : abattoirs de proximité, conserveries et unités de transformation (légumes, produits laitiers…) pour la restauration collective et la commercialisation de proximité
  • Renforcer les aides à la conversion et les aides au maintien de l’agriculture biologique

Laisser un commentaire