Voter pour le climat, c’est voter pour l’emploi

La transition écologique en Bretagne créera 55 000 nouveaux emplois d’ici à 2030 !

55 000 emplois d’ici à 2030 : un cap politique clair pour la région, un horizon désirable et sécurisant pour les Bretonnes et les Bretons et un vrai projet pour une Bretagne tournée vers l’avenir.

La Bretagne figure déjà parmi les régions avec le plus faible taux de chômage. Néanmoins, elle reste confrontée à un problème d’emplois : 150 000 chômeurs étaient encore inscrits en Bretagne au premier trimestre 2021. Et ces “bons” chiffres dissimulent de nombreux emplois faiblement qualifiés, mal rémunérés, exercés dans des conditions difficiles, principalement dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’industrie et de la construction, ainsi que des services à la personne.

Au-delà de la question de l’emploi, de plus en plus de personnes, dont beaucoup de jeunes, sont en quête de sens, notamment dans le domaine professionnel. C’est toute une génération qui aspire à un nouveau rapport au travail, permettant à la fois l’épanouissement individuel et la recherche du bien commun pour le collectif. En témoigne le Manifeste pour un réveil écologique, signé en 2019 par plus de 30 000 jeunes, qui ont refusé de travailler pour des entreprises polluantes.

Nous n’avons plus à choisir entre l’emploi et le climat.

La transition écologique de l’économie que nous voulons mener en Bretagne créera 55 000 emplois directs d’ici à 2030, dont plus de la moitié dans les secteurs de la rénovation énergétique et des énergies renouvelables (34000 emplois). Le reste concerne les secteurs de la réparation et de la valorisation des déchets (7 500), de l’industrie (5 500), de l’agriculture et de l’aquaculture (4 800), de la recherche et l’innovation (2300) et des mobilités d’avenir (1000). A terme, nous visons l’objectif global de 150 000 emplois en Bretagne, en incluant les créations indirectes et induites. Ces emplois seront de qualité, porteurs de sens et non délocalisables.

Cet objectif s’appuie sur des études solidement fondées, et qui ont marqué le débat public. La récente étude Reloc’h, commanditée par Produit en Bretagne, estime à 130 000 emplois le potentiel liées aux relocalisations et localisations. Si l’ensemble des filières évoquées ne s’inscrivent pas toutes dans la perspective d’un développement territorial durable, l’étude prévoit toutefois la création de 30 000 emplois dans les énergies renouvelables (incluant emplois indirects et induits), ainsi que plus de 5000 emplois directs dans les domaines de l’aquaculture et l’algoculture, la recherche et la valorisation locale des déchets aujourd’hui exportés.

Nous nous sommes également appuyés sur une déclinaison régionale des dernières études nationales attestant d’un lien direct entre transition énergétique et création d’emplois. Depuis 2003, l’association NégaWatt élabore des scénarios de transition énergétique : le dernier en date estime le bilan positif de 400 000 emplois supplémentaires en France d’ici à 2030. En 2018, une plateforme d’ONG produit un rapport encore plus global sur la création d’emplois liés à la mise en œuvre d’une ambitieuse transition écologique et sociale. Le résultat est sans appel : 1 million d’emplois pour le climat en France, d’ici à 2030.

Les actions en faveur de la lutte contre les dérèglements climatiques sont encore trop souvent perçues comme contradictoires avec les objectifs de création d’emplois et de justice sociale. Or, agir pour le climat n’est pas seulement un acte de responsabilité envers les générations futures pour assurer les conditions nécessaires à la vie humaine sur la planète. La mise en œuvre de politiques ambitieuses en matière de transition énergétique contribue directement à la création d’emplois de qualité, porteurs de sens et non délocalisables.

A l’échelle de la Région Bretagne, nous souhaitons mobiliser tous les acteurs du financement de l’économie vers cet objectif ambitieux. Nous mettrons en oeuvre l’éco-conditionnalité des aides pour réorienter massivement les crédits régionaux vers le développement des filières d’avenir : transition énergétique, rénovation énergétique, mobilité durable, économie circulaire, transition agricole et maritime, numérique responsable. Nous associerons l’ensemble des forces vives de la Bretagne, pour accompagner la reconversion des entreprises et la transformation des métiers et des compétences au niveau régional. Nous créerons un grand plan d’orientation et de reconversion vers les filières d’avenir, et nous orienterons l’offre de formation vers les transitions écologiques et sociales. Nous viserons enfin une commande publique régionale 100% socialement et écologiquement responsable. Avec une ambition claire : la poursuite simultanée des objectifs climatiques et sociaux, au service du bien-vivre des Bretonnes et des Bretons !

 

Laisser un commentaire